Yannick Marec (dir.), Villes en crise ? Les politiques municipales face aux pathologies urbaines (fin XVIIIe-fin XXe siècle), 2005

Yannick Marec (dir.), Villes en crise ? Les politiques municipales face aux pathologies urbaines (fin XVIIIe-fin XXe siècle), Paris, Créaphis, 2005, 760 pages.

par Matthieu Flonneau  Du même auteur

Rouge sur la tranche, pavéiforme, soigné par l’éditeur spécialiste des villes Créaphis, l’ouvrage dirigé par Yannick Marec a reçu des faits, à la fin de l’année 2005, une forme de justification exemplaire. La crise couve dans les villes et quelque fois éclate au grand jour, comme sont venus le rappeler les événements révélateurs de « pathologies urbaines » multiples que chacun a en mémoire. Dans ce contexte renouvelé, l’urgence d’un regard historien susceptible de relativiser les peurs récurrentes liées aux dysfonctionnements des cités s’impose, mais l’existence de ce livre-somme (759 p. !) n’était pour autant pas le produit des circonstances. Pas de celles-ci en tous cas ; comme si « l’être en crise » était somme toute une donnée consubstantielle de la cité dans l’histoire.

à l’origine de l’ouvrage se trouvent en effet les très nombreuses contributions orales présentées en décembre 2002 lors du colloque de l’Université de Rouen, « les politiques municipales face aux pathologies urbaines de 1789 à l’an 2000 ». Le succès de cette manifestation témoigna de l’intérêt soutenu dans le monde académique et au-delà – on recense dans le livre des interventions d’élus et de décideurs – pour le thème saisi par la nouvelle histoire urbaine française, surtout depuis le numéro fondateur de Vingtième Siècle. Revue d’Histoire, spécial ‘Villes en crise ?’ (n° 64, octobre-décembre 1999).

Les soixante-six auteurs, parmi lesquels la jeune et dynamique Société française d’histoire urbaine est fort bien représentée, ont donc taché de raisonner les modes d’intervention pratiqués sur les divers dysfonctionnements urbains, essentiellement en France. Les introductions problématiques de Yannick Marec et de Jean-Claude Vimont sont parvenues à dégager des axes structurants susceptibles de nourrir la réflexion sur les diverses stratégies d’intervention des politiques municipales, et également de « politique des polices », afin de faire émerger des modèles de « systèmes municipaux ».

De ce point de vue, comme cela est proposé au tout début – p. 13-19 -, « revisiter » l’œuvre matricielle Classes laborieuses, classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xixe siècle (Paris, Plon, 1958), de l’historien intuitif Louis Chevalier se révèle d’une grande logique et fécondité. Du détail des utiles et nombreuses monographies locales concernant les deux derniers siècles ressort ce que Yannic Marec qualifie dans ses conclusions « d’élargissement des préoccupations et, plus lentement, des réalisations des autorités municipales sous la pression à la fois de la croissance démographique de la ville et de l’immigration venue du plat pays environnant ou d’horizons plus lointains, mais aussi sous l’influence de l’évolution des idées sociales et politiques et des moyens disponibles » (p. 749).



Auteur d'ouvrage recensé

Thème

Période

Pays