Rolando Minuti, Internet et le métier d’historien, 2002

Minuti (Rolando), Internet et le métier d’historien, Paris, PUF, 2002, 147 pages. « Écritures électroniques ».

par Hélène Bretin  Du même auteur

      Philippe Rygiel  Du même auteur

Les historiens qui s’intéressent aux usages des technologies de l’information et de la communication connaissent depuis longtemps Rolando Minuti, au travers de Chronos, l’une des plus anciennes revues électroniques d’histoire. C’est partant de sa pratique d’historien engagé depuis longtemps dans la production et l’utilisation des données numériques qu’il peut, s’adressant à un public d’historiens, faire le point sur les enjeux du développement des réseaux. Ceux-ci sont essentiels dans la mesure où les conditions de production et de diffusion de l’information scientifique, et donc aussi d’accès à celle-ci, sont peu à peu transformées, le processus étant d’ailleurs loin d’être achevé. Ce sont donc les pratiques constitutives du métier d’historien qui sont appelées à se modifier, puisque les habitudes de l’auteur, du chercheur et de l’enseignant en sont affectées, chacun de ces aspects étant évoqué par l’auteur en des pages à la fois très claires et très bien informées. Synthétique, précis, pourvu d’une riche bibliographie, évitant autant que possible les considérations trop techniques, l’ouvrage a de plus le mérite de promouvoir une attitude sereine à l’égard de l’irruption du réseau dans nos pratiques. Ni apologiste du cybermonde ni contempteur des réseaux, Rolando Minuti prend acte de leur émergence et réfléchit aux incidences de celle-ci, ce qui permet de définir des objectifs et des stratégies adaptées aux fins de l’historien, et de participer à l’évolution des usages plutôt que de la subir. Cela fait de ce livre une excellente introduction au monde des réseaux, que l’on ne peut que recommander à tout historien, quel que soit son degré de familiarité avec ceux-ci.



Auteur d'ouvrage recensé

Thème