Rémy CAZALS. Cinq siècles de travail de la laine : Mazamet, 1500-2000.

Portet-sur-Garonne, Éditions Midi-pyrénéennes, 2010, 237 pages.

par Jean-Claude Daumas  Du même auteur

Cinq siècles de travail de la laineRémy Cazals. Cinq siècles de travail de la laine: Mazamet, 1500-2000 Portet-sur-Garonne,Éditions Midi-pyrénéennes, 2010,237 p. 
Dans Les révolutions industrielles à Mazamet 1750-1900, publié en 1983 chez Maspero, Rémy Cazals retraçait avec brio l’extraordinaire aventure industrielle d’une bourgade de la Montagne noire (Tarn), devenue un des plus importants centres textiles du Midi avant de se transformer en capitale mondiale du délainage. Depuis longtemps épuisé, ce livre est réédité aujourd’hui sous un titre plus passe-partout dans une version allégée et remaniée, mais aussi complétée. Agrémenté de nombreuses illustrations, il est proposé avec un très intéressant DVD sur le travail du délainage réalisé en 1998.

On retrouve dans cette nouvelle édition, quoique sous une forme très résumée, ce qui faisait l’intérêt de l’analyse de l’histoire de l’industrie mazamétaine des origines à la fin du XIXe siècle. Rémy Cazals y fait bien ressortir l’originalité d’un processus d’industrialisation qui s’accomplit grâce à l’énergie hydraulique et à l’initiative d’un noyau de manufacturiers protestants ; le dynamisme d’un centre de petite draperie que l’imitation des tissus du Nord de la France transforme en « Elbeuf du Midi » ; le succès de la conversion dans les années 1880 au délainage, une opération lucrative, techniquement simple, dont le développement est lié à l’utilisation des laines de l’hémisphère sud ; les mécanismes du quasi monopole d’un centre placé au cœur d’un réseau d’échanges étendu au monde entier ; la spécificité d’une classe ouvrière dont on découvre successivement les origines géographiques et sociales, le travail, et les luttes, y compris la grande grève du délainage en 1909, trop brièvement décrite ici mais dont l’auteur a fait une étude approfondie en 1978 dans Avec les ouvriers de Mazamet[1] ; enfin, la particularité d’un paysage industriel qui s’est construit autour de la vallée de l’Arnette, qui forme une véritable rue d’usines.

La nouveauté du livre réside en fait dans ses deux derniers chapitres qui retracent l’évolution du délainage confronté au XXe siècle aux chocs de la conjoncture internationale. S’il s’est bien remis des deux guerres mondiales, la première lui faisant perdre provisoirement sa suprématie et la seconde interrompant complètement son activité, en revanche, à partir des années 1970, il a été durement atteint par la crise du textile européen qui lui a enlevé ses débouchés, puis par la concurrence chinoise sur le marché australien qui l’a privé de son approvisionnement en peaux. Les ventes reculant rapidement, les usines ont fermé les unes après les autres, les dernières en 2004. Après avoir rapidement analysé les terribles conséquences démographiques et sociales de ce processus de désindustrialisation, l’auteur regrette que rien n’ait été fait pour sauvegarder la mémoire et le patrimoine matériel du délainage.

La réédition de ce livre est une bonne chose, mais la cure d’amaigrissement excessive qu’il a subie en appauvrit trop souvent la démonstration. Il est également dommage que la bibliographie – essentiellement hexagonale – n’ait pas été sérieusement mise à jour et, surtout, que l’auteur n’ait pas rajeuni son propos en tenant compte des questions que les historiens se posent aujourd’hui – trente ans après la première édition – sur l’histoire de l’industrialisation. En particulier, on peut se demander s’il n’aurait pas été fécond de relire la trajectoire de Mazamet au prisme du concept de district industriel. Quant aux chapitres sur le délainage au XXe siècle, on s’étonne qu’ils soient exclusivement fondés sur des sources locales, d’ailleurs assez peu nombreuses, et une poignée de monographies locales déjà anciennes, sans même mobiliser, par exemple, les statistiques internationales du commerce de produits lainiers ou des études sur la géographie du délainage dans le monde. De surcroît, l’ouvrage est trop descriptif : s’il dévoile bien les facteurs exogènes de l’extinction du délainage à Mazamet, il ne nous dit pas grand-chose des structures et des stratégies des entreprises comme du fonctionnement du système productif local. Pour le dire simplement, l’histoire du délainage mazamétain au XXe siècle reste à faire.


Jean-Claude DAUMAS



[1] R. Cazals, Avec les ouvriers de Mazamet dans la grève et l’action quotidienne 1900-1914, 2e éd. revue et augmentée, Carcassonne, CLEF 89, 1995.


Auteur d'ouvrage recensé

Thème

Pays