Marie-Claude Blanc-Chaléard, Histoire de l’immigration, 2001

Blanc-Chaléard (Marie-Claude), Histoire de l’immigration. Paris, La Découverte, 2001, 128 pages. « Repères ».

Tout projet de synthèse historique est aujourd’hui risqué. Plusieurs obstacles en effet s’opposent à ce dessein : l’histoire éclatée – ou pour reprendre une expression plus connue « l’histoire en miettes » –, domine toujours le champ historique; la variété des échelles des travaux à synthétiser rend l’exercice délicat; la vigueur et l’évolution rapide des débats historiographiques ne simplifient pas la démarche; le manque de recul, pour traiter de « l’histoire immédiate » – ou sa politisation –, peuvent biaiser les résultats. Cela étant, il faut bien répondre à la demande des étudiants et au besoin de synthèse qui les préoccupe si légitimement afin de réussir examens et concours. Il faut bien aussi mettre régulièrement à la disposition des généralistes intéressés les résultats de la recherche récente. C’est pourquoi la plupart des éditeurs sont volontaires pour produire, dans leurs collections destinées à l’enseignement supérieur, des synthèses ou des concentrés d’histoire générale sur tel ou tel sujet. La collection « Repères » produit ici, sous la plume experte de Marie-Claude Blanc-Chaléard, une Histoire de l’immigration française en 128 pages (… !). Ce court manuel est pourtant fort bien réussi. Clair et concis, il est agrémenté de chiffres, de chronologies, de tableaux et de citations qui complètent très utilement le texte rédigé, qui ne néglige, me semble-t-il, aucune information importante. Le texte est très dense : chaque mot pèse.

En ce qui concerne l’histoire de l’immigration, le pari de la synthèse était d’autant plus risqué que le champ a été régulièrement exploité depuis les années 1980 et que les publications qui s’y réfèrent sont aujourd’hui innombrables. Afin de faire le point historique et historiographique de l’histoire de l’immigration en France, l’auteur, elle-même spécialiste des migrations, a sélectionné (voir ses références) cent six études incontournables – le plus souvent récentes –, parmi les œuvres des meilleurs historiens de l’immigration. Pour faire comprendre l’immigration en France sur le long terme, l’auteur a choisi, d’une part, d’en présenter les grandes phases (flux, reflux, stabilisation…) ; d’autre part, de suivre les politiques publiques qui ont accompagné ces phénomènes migratoires; enfin, de rester très proche des données démographiques et sociales qui caractérisent ces mouvements. C’est cette mise en perspective qu’elle appelle faire de l’ « histoire par le haut ». Marie-Claude Blanc-Chaléard nous présente une réflexion sur la longue durée. Son plan est « chronologico-thématique ». Il permet de resituer pleinement les questions d’immigration dans la complexité des contextes économique, culturel, de politiques nationale et internationale, et d’examiner les questions d’intégration à l’aune de l’histoire sociale continue de la France, histoire sociale dont l’immigration est partie prenante. Le premier chapitre retrace la « préhistoire » de l’immigration en France, puis quatre thèmes forment le noyau dur du livre : l’importance fondatrice des années 1920 ; la possible intégration dans la tourmente de 1930 à 1960 ; les trente glorieuses de l’immigration et le péril du retour du racisme, 1945-1975 ; la crise totale : économique, migratoire, sociale, culturelle et politique des années 1970 et 1980. Chaque partie est abondamment nourrie d’exemples (Polonais, Italiens, Algériens, etc.). Le dernier chapitre tente d’expliquer la France immigrée d’aujourd’hui et les mutations d’un pays dont les capacités assimilatrices pourraient avoir faibli. Il nous invite à réfléchir sur les débats qui font l’actualité : l’intégration des immigrés d’aujourd’hui se fera-t-elle selon les mêmes formes et dans les mêmes temps que celle de leurs aînés du XIXe ou du premier XXe siècle ? La question reste ouverte.



Auteur d'ouvrage recensé

Thème

Période

Pays