L’OIT et la production d’un savoir social et économique

Le parent pauvre de la gouvernance économique mondiale ? L’OIT face aux crises de 1929 et de 2008

par Marieke Louis  Du même auteur

Résumé

L’Organisation internationale du travail (OIT) compte-t-elle dans l’élaboration des politiques économiques au niveau mondial ’ Depuis sa création, l’institution entend s’inscrire au premier plan des débats économiques et sociaux, en participant aux grandes conférences économiques internationales. Cette participation débouche-t-elle pour autant sur une plus grande influence de l’Organisation ’ À la veille de son centenaire, celle-ci est-elle condamnée à demeurer le « parent pauvre » de la gouvernance économique mondiale ’ Cet article entend répondre à ces questions en comparant les réactions de l’OIT face à deux crises économiques majeures des XXe et XXIe siècles : celle de 1929 et celle de 2008. Ces crises donnent à l’Organisation l’occasion de mettre en avant des propositions en matière de politique économique, relatives aux travaux publics dans l’entre-deux-guerres et au Pacte mondial pour l’emploi dans le contexte de la crise de 2008.

Plan de l’article

  • Légitimer la représentation de l’OIT
    • La crainte d’être évincée des conférences économiques internationales
    • Quand l’union (tripartite) fait la force ’
  • Légitimer des idées alternatives
    • Les travaux publics, remède à la Grande Dépression : un possible non advenu
    • L’Agenda du travail décent, réponse à la crise de 2008 : la conquête de gains politiques par une légitimation extérieure