Mobilisations pour l’environnement après 1968

Pas d’essence dans nos salades ! La « raffinerie baladeuse » de la région lyonnaise (1970-1973)

par Stéphane Frioux  Du même auteur

Résumé

L’histoire de la naissance de l’environnement comme catégorie de l’action publique en France ne relève pas seulement d’une approche technocratique issue des hautes sphères de l’aménagement. En utilisant les archives laissées par une mobilisation de la population, encadrée et relayée par des élus locaux, contre un projet de raffinerie en région lyonnaise, il est possible de montrer comment plusieurs visions de l’aménagement du territoire ont coexisté et se sont affrontées. Dans un contexte où la croissance économique n’est pas remise en cause en elle-même, c’est la défense de la vocation agricole ou du potentiel touristique et récréatif du territoire qui motive les arguments contre la raffinerie. Ces mobilisations locales auront raison à la fois de l’industrialisme des préfets et des velléités de l’entreprise pétrolière, avant que la crise pétrolière et les mutations des structures de production ne rendent caduc le projet d’implantation.

Plan de l’article
  • L’abandon du projet de second vapocraqueur de la raffinerie de Feyzin
  • Des élus partagés entre lanceurs d’alerte et édiles « développeurs »
  • La défense du territoire par les acteurs locaux
  • La grammaire des mobilisations
  • L’impuissance étatique