Mobilisations pour l’environnement après 1968

La CFDT face à la mutation du système énergétique français (1973-1977)

par Renaud Bécot  Du même auteur

Résumé

Consacré au rôle de la CFDT dans la mobilisation contre le plan d’équipement nucléaire français, cet article éclaire les ressorts de cet engagement en portant l’attention sur la diversité des structures et des militants syndicaux, plutôt que sur l’entité confédérale. En premier lieu, il souligne que le positionnement cédétiste est défini dans le cadre du fonctionnement ordinaire des structures syndicales. Cette position résultait d’une réflexion sur les enjeux sociaux et environnementaux de la mutation du système énergétique, témoignant d’une volonté syndicale de s’imposer comme un acteur d’une transformation industrielle. Toutefois, en se liant avec des courants de l’écologie politique, la situation de la CFDT devient inconfortable au fil de la mobilisation. Cette situation souligne le travail opéré par différents acteurs syndicaux pour circonscrire l’interaction entre le champ syndical et l’espace des mouvements sociaux. Cette séquence met en valeur, finalement, les dynamiques qui participent au « recentrage » précoce de la confédération syndicale.

Plan de l’article

  • Critique syndicale de la mutation du système énergétique : une mobilisation improbable
  • La démocratie syndicale à l’épreuve du programme nucléaire (1974-1976)
  • Une mobilisation inconfortable (1976-1977)