Usages militants du passé

Le corporatisme étudiant, matrice du mouvement écologiste russe (1960-2015)

par Laurent Coumel  Du même auteur

Résumé

Cet article interroge l’histoire des organisations étudiantes de « protection de la nature » en URSS et dans la Russie contemporaine après 1991. Combinant une recherche dans les fonds d’archives centraux et régionaux avec des entretiens réalisés lors d’un séjour de terrain et des sources publiées, dont certaines sont issues des réseaux sociaux sur Internet, il revient sur les bases institutionnelles, le recrutement et les modes opératoires de cette forme méconnue d’activisme environnemental née à l’époque soviétique. Mêlant un fort élitisme social, une approche vigilantiste et une aspiration corporatiste à l’autonomie, celle-ci contribue à l’émergence d’un mouvement vert spécifique dans les années du moment démocratique en Russie (1987-1993) avant de s’effacer progressivement. Elle connaît un renouveau certain sous le régime de Vladimir Poutine, entre nostalgie pour le soviétisme tardif et reprise d’une expertise contestataire aux prises avec l’autoritarisme.

Plan de l’article
  • Un activisme encadré et intégré (1960-1986)
    • Un vigilantisme vert à l’époque du soviétisme tardif
    • Une avant-garde militarisée au recrutement sélectif
    • Un corporatisme étudiant socialement exclusif
  • Apogée, crise et renouveau du brigadisme en Russie (1986-2015)
    • Un acteur de la perestroïka écologique
    • Marginalisation et autocommémoration par les anciens activistes
    • Une nostalgie paradoxale sous Poutine
    • Un regain d’activisme entre tradition et contestation

Autres articles du dossier Usages militants du passé