Quantifier la Grande Guerre

L’impact économique du moratoire et de l’encadrement des loyers (Lyon, 1914-1926)

par François Robert  Du même auteur

Résumé

Cet article contribue à l’évaluation du coût économique du moratoire sur les loyers durant la Première Guerre mondiale puis lors de la sortie du conflit. Pendant toute cette période, les propriétaires se sont fortement mobilisés, au niveau tant local que national, pour faire abroger les dispositions qu’ils jugeaient contraires au droit de propriété. Ils ont dénoncé les effets pervers de cette législation en mettant notamment l’accent sur le manque à gagner qui a plongé nombre d’entre eux dans des situations dramatiques. Le problème réside dans le fait que seuls les propriétaires se sont exprimés et que leur argumentaire ne comporte aucune donnée chiffrée. Leur rhétorique ne rencontre aucune opposition et leurs assertions sont invérifiables. En prenant comme exemple les loyers versés par les locataires de petits immeubles populaires lyonnais, nous avons pu, d’une part, comptabiliser les pertes subies par les propriétaires et, d’autre part, comprendre le dispositif mis en place par le gouvernement pour sortir de cette situation hautement conflictuelle. Une comparaison avec la comptabilité d’autres immeubles de même catégorie a permis de renforcer nos propos conclusifs.

Plan de l’article
  • La mise en place du moratoire : débats et enjeux
    • Dispositif législatif
    • La réaction des propriétaires
  • Le coût de la guerre
  • La sortie du moratoire
    • Les commissions arbitrales et la loi du 9 mars 1918
    • Une application dans l’esprit de la loi
  • La limitation des profits illicites, ou la mise en place de l’encadrement
    • La mesure de l’encadrement
    • Les taux de la discorde
    • La division des propriétaires
    • L’encadrement des prix