La santé des soldats entre guerre et paix, 1830-1930

Soigner une colonie naissante : les médecins de l’armée d’Afrique, les fièvres et la quinine, 1830-1870

par Claire Fredj  Du même auteur

Résumé

En Algérie, au début de la conquête, les soldats français sont confrontés à une forte mortalité due aux fièvres paludéennes. Le remède contre le paludisme, le sulfate de quinine, est mis au point en 1820 et sa consommation s’accroît considérablement avec l’occupation de la colonie. Il devient un produit couramment utilisé par la population militaire, voire au-delà puisque les médecins militaires ont à traiter des civils européens et algériens, urbains et ruraux. Comment et sous quelle forme la quinine entre-t-elle dans l’arsenal thérapeutique des médecins de l’armée, distributeurs majoritaires de ce médicament et comment se diffuse-t-elle en Algérie au sein des populations militaires et civiles ’ Cet article explore les voies par lesquelles l’administration militaire approvisionne l’armée d’Afrique et les questions économiques qui s’y rapportent – l’administration militaire s’inquiétant régulièrement des coûts élevés provoqués par l’usage massif d’un produit cher. Il s’intéresse ensuite à la manière dont les populations concernées ont adopté ce médicament et à ce que cela peut signifier en termes de demande sociale de soins.

Plan de l’article
  • La quinine comme panacée aux fièvres algériennes
    • Connaître les fièvres algériennes
    • La quinine : « l’antipériodique, le fébrifuge par excellence26 »
    • Le sulfate curatif ou préventif
  • Approvisionner l’armée d’Afrique en quinine
    • De la quinine pour l’Algérie
    • Une consommation surveillée en quantité et en qualité
    • Remplacer la quinine, acclimater le quinquina
  • Diffuser la quinine dans les populations militaires et civiles
    • Une observance méfiante : les soldats et le sulfate de quinine
    • Les civils et l’accès à la quinine de l’armée
    • La consommation indigène de sulfate de quinine