Les usines en feu. L’industrialisation au risque des incendies dans le textile (France, 1830-1870)

par François Jarrige  Du même auteur

      Bénédicte Reynaud  Du même auteur

Résumé

La question des incendies offre un excellent laboratoire pour penser l’invention de l’usine au XIXe siècle et les conditions d’acclimatation de l’industrie, en dépit des risques et menaces croissantes qui accompagnent son développement. Comment l’expérience de l’incendie a-t-elle façonné les espaces productifs et les rapports sociaux de travail au début de l’industrialisation ? Cette enquête, menée à partir des rapports des autorités locales de cinq des principaux départements textiles entre 1800 et 1870, invite à interroger l’ampleur de ce risque, ses coûts mais aussi ses effets. Les incendies apparaissent comme l’une des sources majeures de la rationalisation capitaliste du XIXe siècle. Durant cette période de transformations décisives, également traversée de crises industrielles et de nombreuses secousses sociales et politiques, l’usine surgit dans les paysages et les discours. Les spécificités régionales de l’industrialisation modèlent la forme et l’ampleur du risque. Celui-ci façonne en retour les chemins pluriels de l’industrialisation, il accompagne l’invention de l’usine, dans sa dimension tout autant matérielle que sociale. Face à l’accroissement des capitaux mobilisés, au gigantisme des installations, il devient en effet nécessaire de normaliser le travail des hommes et des machines pour affronter un risque omniprésent.

Plan de l’article
  • L’impossible mesure ?
  • Quand les usines brûlent : ampleur globale du risque
  • Risques et fragilités des techniques industrielles
  • La responsabilité des ouvriers et l’invention de la discipline
  • L’incendie, un fléau à combattre
  • La généralisation des assurances incendies