Crise impensée, crise fabriquée

Le Gabinete Técnico de Habitação et la réforme du logement social à Lisbonne (1959-1974)

par João Pedro Nunes  Du même auteur

Résumé

Dans les années 1960, le Gabinete Técnico de Habitação est chargé par la mairie de Lisbonne de mettre en œuvre un vaste programme de logement social. En parallèle avec la planification et la construction des premiers grands ensembles lisboètes, ce bureau élabore un diagnostic statistique sur la pénurie de logements dans la ville. Portant sur les bidonvilles, la sous-location et le surpeuplement des logements, cette enquête lui permet d’énoncer une situation de crise du logement. En analysant cette qualification politique aussi bien que les critiques formulées contre les modes d’action publique de l’Estado Novo, on accède aux catégories et aux contenus qui sont aux sources de la réforme du logement social engagée à la fin de la décennie. L’histoire de cette crise du logement permet d’éclairer les changements observés dans les modes étatiques de gestion du problème du logement à Lisbonne durant les dernières années du régime dictatorial et dans une phase d’urbanisation accélérée.
In the 1960s, the Lisbon city council gave the Gabinete Técnico de Habitação the responsibility of implementing a vast social housing scheme. Parallel to the planning and construction of Lisbon’s first grand-scale housing estates, this technical office drew up a statistical diagnosis of the city’s housing shortage. The survey, which focused on shantytowns, subletting practices and overcrowding in housing, enabled the Gabinete to ascertain the existence of a crisis situation in the housing sector. In analysing both the political term of “housing crisis” and the criticism that was levelled against the Estado Novo’s lines of policy, we lay out the thought processes and decisions behind the reform of social housing that was initiated towards the end of the decade. The history of this housing crisis sheds light on the various shifts in the way the state addressed the “housing problem” in Lisbon in the last years of the dictatorial regime, when Portugal entered a stage of accelerated urbanisation.

Autres articles du dossier Crise impensée, crise fabriquée