Cimetières militaires

« Argentine soldier known unto God » : le cimetière Darwin et les conflits de récits de la guerre des Malouines

par Jérémy Rubenstein  Du même auteur

Résumé

À la fin de la guerre des Malouines (avril-juin 1982), à nouveau maîtresses des îles de l’Atlantique Sud, les autorités britanniques ont recensé 237 corps de combattants argentins, qui furent rassemblés dans un petit cimetière. Ce dernier a été totalement rénové durant les années 2000 sous l’impulsion d’une association de familles de défunts. Le nouveau cimetière présente un récit héroïque de la guerre qui épouse une certaine conception de la nation argentine, homogène et catholique. Or ce récit est contesté, entre autres par d’anciens combattants qui suggèrent que les fractures internes à la société argentine, qui connaissait alors la plus sanglante de ses dictatures militaires, se sont transportées sur le théâtre de la guerre. À travers l’histoire du cimetière, l’article montre, d’une part, la place stratégique qu’occupe le récit de guerre dans la tentative de réhabilitation des militaires argentins. D’autre part, il enquête sur les modalités de la reconstruction du cimetière, montrant comment l’association qui l’a portée s’est adaptée au retrait de l’État des travaux monumentaux durant les années 1990. Enfin, le texte présente le récit contestataire de la guerre qui cherche à trouver sa place dans la mémoire nationale de l’événement.

Plan de l’article

  • La guerre, de l’enthousiasme à l’oubli
  • Associations et conflits de mémoire
    • La Comisión de Familiares de Caídos en Malvinas e Islas del Atlántico Sur
    • Le Centro de Ex-Combatiente Islas Malvinas

Complément en ligne
Une version auteur, tranduite en espagnol, est disponible sur le site de l’auteur

.