Afrique : après les indépendances

Madagascar 1972 : l’autre indépendance

Une révolution contre les accords de coopération

par Françoise Blum  Du même auteur

Résumé

Les événements de mai 1972 à Madagascar révèlent le caractère inachevé de l’indépendance proclamée en 1960. Le parti au pouvoir est issu des élites coloniales tandis que la vie politique, sociale et culturelle de la Grande Île reste étroitement liée à l’influence et à l’interventionnisme de la France à travers les accords de coopération, comme l’illustre la situation de l’enseignement supérieur. C’est dans les écoles et les universités que naît un mouvement de contestation, rejoint par le reste de la population, qui révèle la profondeur et le poids des divisions ethniques et sociales nées de la période coloniale. Les formes de la contestation et les langages de la mobilisation confirment cet effort pour atteindre une vraie indépendance, débarrassée du néo-colonialisme.

Plan de l’article
  • Les raisons d’une grève : le système d’enseignement à Madagascar
  • Un enseignement sélectif et fort peu démocratique
  • La tutelle des accords de coopération
  • Formes, modes et langage de la grève
  • La province : des hauts plateaux aux régions côtières
  • Les soutiens à la grève
  • Réactions du gouvernement
  • Le pouvoir à l’armée
  • Les Français face à l’événement
  • Conclusion