La formation des responsables à la CFTC-CFDT : de la « promotion collective » à la sécurisation des parcours militants (1950-2010)

par Cécile Guillaume  Du même auteur

Résumé

La CFDT a toujours eu un discours sur la dimension stratégique de la formation, tant du point de vue des enjeux de cohérence identitaire et organisationnelle que du renforcement de l’efficacité de l’action syndicale. Cet usage de la formation dans la perspective du renforcement d’une « culture d’organisation » ne s’est pas démenti et connaît périodiquement une actualité renouvelée avec l’arrivée régulière de nouvelles générations de militants. Parallèlement, dans un contexte d’élévation des niveaux de diplôme des responsables et de fort renouvellement générationnel, les contenus de formation se sont progressivement centrés sur un objectif de professionnalisation des pratiques, s’éloignant de la philosophie de l’éducation populaire et minorant la fonction d’élaboration politique collective. Aujourd’hui, la tentation est grande de mettre en œuvre une démarche de compétence, au service d’une « gestion des parcours militants » et d’une éventuelle validation des acquis de l’expérience syndicale qui consacre une vision apolitique, individuelle et institutionnalisée de l’engagement syndical susceptible d’être reconverti dans d’autres sphères professionnelles.

Plan de l’article
  • 1950-1970 : la formation des cadres comme levier de la promotion collective
  • 1970-1980 : la formation comme lieu d’élaboration d’une identité syndicale autonome
  • 1980-2000 : la formation à l’épreuve du « tournant syndical »
  • 2000-2010 : la formation au service de la promotion sociale des militants ?
  • Conclusion