L'ancrage des organisations publiques

Le savoir des relations : liens et racines sociales d’une administration dans la France du xixe siècle

par Maurizio Gribaudi  Du même auteur

Résumé

Au cours des dernières années nous avons assisté à un réel renouveau des études sur l’histoire de l’État et ses administrations en période contemporaine. Pourtant, malgré les importantes perspectives ouvertes, la plupart de ces travaux se sont limités à creuser au sein des frontières tracées par les pratiques internes des institutions. Nous connaissons peu de choses sur les formes de leur enracinement social et sur les dynamiques que ces dernières induisent sur leur fonctionnement. L’analyse des origines sociales et des cheminements professionnels de 534 employés et fonctionnaires du ministère de l’Intérieur au cours du xixe siècle permet de donner une première réponse à de telles questions. Le portrait qui en sort est celui d’une administration largement perméable aux demandes et aux pratiques relationnelles de la société globale. Tout au long du siècle, l’administration centrale apparaît comme une ressource distribuée et savamment gérée par un dense tissu de relations. À travers l’embauche et la gestion des carrières, se nouent des liens et s’opèrent des échanges importants. Cependant la nature et les formes de ces dynamiques changent au cours du temps. Au début du siècle les pratiques et le langage relationnels apparaissent avant tout comme expression et garantie du savoir professionnel et de l’appartenance à un milieu. Ils deviennent progressivement un instrument important de contrôle et de gestion des liens politiques qui ancrent l’administration centrale dans l’espace provincial.

Plan de l’article
  • Formes relationnelles et compétences professionnelles
  • Une culture du « savoir des relations »
  • Une société en mouvement : l’enracinement social d’une administration
  • Centre et périphérie : l’enracinement spatial de l’administration
  • La IIIe République et la politisation du lien
  • Conclusion

Autres articles du dossier L’ancrage des organisations publiques