L’émergence du contremaître.

L'ambivalence d'une autorité en construction dans l'industrie textile française (1800-1860)

par François Jarrige  Du même auteur

      Cécile Chalmin  Du même auteur

Résumé

Durant la première moitié du xixe siècle, la suppression des corporations où le maître était défini sous les traits de l’autorité paternelle et l’effritement du cadre traditionnel de l’atelier artisanal obligent à une reconfiguration complète de l’autorité sur le lieu de travail. L’émergence progressive de la figure du contremaître résulte de ces transformations. Le terme préexiste à la Révolution française, mais ce sont l’industrialisation et les nouvelles exigences techniques et disciplinaires qu’elle suscite qui favorisent la généralisation de cette fonction. Dans l’industrie textile, la fonction de contremaître émerge peu à peu pour surveiller les travailleurs, stimuler les flux productifs, accompagner la mécanisation. Par-delà les discours patronaux et normatifs qui représentent le contremaître comme un ouvrier compétent et intelligent, comme le garant du bon ordre manufacturier, l’étude des interactions quotidiennes dans l’atelier révèle l’ambivalence de sa position. L’usine de la première industrialisation reste dominée par la faiblesse des structures hiérarchiques et le maintien de nombreuses sphères d’autonomie ouvrière, la position du contremaître est souvent précaire et l’exercice de son autorité incertaine.

Plan de l’article
  • Le contremaître : un ouvrier parmi les autres ?
  • Les attributs de l’autorité
  • Relais patronal ou intercesseur ouvrier : l’exercice de l’autorité
  • La rupture de l’autorité : le contremaître et les désordres de l’atelier