Féminin/masculin : les enjeux du genre dans l’Espagne de la Seconde République au franquisme

par Yannick Ripa  Du même auteur

Résumé

La guerre civile espagnole fait du genre un enjeu, accentuant les oppositions sur la différence des sexes des années 30. Les mesures républicaines en faveur des femmes s’inscrivaient dans une stratégie de rupture avec l’ancien régime, plus que dans une volonté d’instaurer l’égalité des sexes. Mais droite conservatrice et extrême droite fustigent la dimension féministe de la république. La Phalange s’identifie à la virilité confondue avec l’hispanité; elle prône « le véritable féminisme », protecteur de la hiérarchie des sexes et sublime l’abnégation féminine. La guerre civile instrumentalise et complexifie « la question des femmes » : elle montre les limites du féminisme des gauches et renforce l’antiféminisme des nationalistes. Elle annonce la constitution de la société franquiste : masculine et hétérocentrée. Le féminin y est enfermé dans un moule rigide, propre à contrôler les femmes et à les manipuler pour renforcer la dictature.