Le don comme rituel en R.D.A. 1949-1989

Instrument de domination et pratiques quotidiennes

par Sandrine Kott  Du même auteur

Résumé

Travaillant sur les archives de grandes entreprises étatisées berlinoises, j’ai été frappée par l’omniprésence d’une rhétorique et d’une pratique officielle du don, qui s’apparente à un véritable rituel. C’est cette dimension ritualisée du don que j’ai choisi d’étudier ici. J’analyse d’abord comment se construit le rite du don en R.D.A.; il se fonde sur le sacrifice des héros auquel doit répondre la gratitude des individus. En ce sens, le don est bien, comme tout rituel politique, un instrument de pouvoir. Mais le don est aussi consubstantiel du projet socialiste de solidarité et de fraternité et c’est de cette manière qu’il est pratiqué officiellement dans les entreprises. Je m’interroge alors sur l’« efficacité » réelle de ces gestes rituels quotidiens et dans quelle mesure ils ont pu, progressivement, contribuer à asseoir la domination du parti et à modeler la société en prenant la forme de comportements partagés par les individus qui la composent. Ce faisant, c’est donc finalement la dimension intégratrice du don qui est mise en évidence.